Lorsque l’on souhaite gagner de l’espace, l’aménagement du comble est une bonne solution. Mais mettre le projet en ouvre reste une affaire compliquée. En effet, avant de réaliser les travaux d’aménagement, il est important de connaître si votre comble est aménageable, si les travaux sont faisables, si votre budget vous le permet. Autant de questions doivent être posées afin d’éviter tout risque de déception. Ainsi, renseignez-vous auprès d’un professionnel avant d’entreprendre l’aménagement de vos combles. Pour vous aider, retrouver quelques conseils dans cet article.

Les différents types de combles aménageables

Si vous voulez aménager votre comble, il est indispensable que celle-ci dispose d’une hauteur sous faîtage de plus de 1.80 mètres. Au-dessous, il n’y a aucun aménagement possible sauf un rangement ou une surélévation de toit. Par contre, si vous pouvez vous tenir debout, il y a de l’espoir pour les travaux d’aménagement. Si votre comble dispose de charpente traditionnelle, c’est-à-dire, en pannes ou en chevrons, vous devez commencer par la traiter et la consolider. Pour une charpente plus récente, notamment à fermettes préfabriquées, une modification s’impose pour réduire l’encombrement. Pour cela, vous pouvez contacter une société de rénovation pour obtenir l’avis d’un professionnel.

Les démarches administratives

Un aménagement de comble requiert une déclaration de travaux auprès de la mairie de votre commune. Et si vous habitez une zone classée, il est possible que les travaux nécessitent l’autorisation des monuments historiques.

Si votre comble aura une surface de plus de 40 m², vous devez demander un permis de construire au moins 1 mois à l’avance. Dans la plupart des cas, le permis de construire est obtenu en 2 mois après la demande. En ce qui concerne les impôts, l’aménagement de comble est considéré comme une amélioration de la maison. L’impôt qui s’y applique est donc le taux réduit de TVA à 5,5 %. Quant à l’étude des travaux, si le comble porte la surface totale habitable de la maison à plus de 170 m², vous serez dans l’obligation de recourir à un architecte. Ainsi, même si la dimension de votre grenier est de 5 m², vous ferez appel à un architecte si la surface de la maison est de 166 m². Si vous faites appel à une société de rénovation, vous n’aurez pas à vous encombrer avec toutes les démarches. L’entreprise s’en occupera à votre place.

L’isolation

Il est indispensable de protéger le comble contre le froid et la chaleur. De manière plus pratique, il est conseillé de réaliser l’isolation par l’intérieur en respectant l’aération naturelle de la charpente. Pour l’isolation par l’extérieur, elle est efficace mais plus onéreuse et plus compliquée. L’isolation par l’extérieur n’est recommandée que lorsqu’une réfection de la toiture entière est nécessaire.

L’aération et la luminosité

En fonction du style de la maison, vous avez le choix entre la fenêtre de toit et les lucarnes pour l’aération de votre comble. Si votre toit montre une pente comprise entre 15 et 90°, la fenêtre est la solution idéale pour apporter plus de lumière et d’air. Il est aussi possible de placer des vitrages traités ou colorés afin de contrôler la chaleur estivale. Si vous choisissez une lucarne, vous devrez prévoir plus de budget et des travaux plus importants. En même temps, vous pourrez profiter d’un confort optimal pour admirer le paysage.

L’accès

A la base, une trappe permet d’accéder au comble de la maison. Mais si vous souhaitez faire de cette pièce un espace réellement habitable, il faudra penser à un nouvel accès plus pratique. Pour une chambre ou une pièce à vivre, misez sur un escalier droit et assez grand qui permettra surtout de faciliter le transport des meubles. Sinon, si la pièce ne sera pas fréquemment utilisée, vous pouvez opter pour un escalier escamotable ou hélicoïdal.

Les réseaux d’alimentation

Il est aussi essentiel de penser au raccordement des équipements sanitaires, notamment si votre comble servira de cuisine ou de salle de bain. Selon la réglementation, il est impérativement interdit d’évacuer les eaux usées par la descente des eaux pluviales. Quant au raccordement au réseau électrique, il n’y a rien de difficile. Mais il est toujours judicieux de recourir à un expert afin de garantir la certification des installations.